Jeudi 25 août

De 11h à midi, AURELIEN FILLON, orgue. Libre participation.

“MUSICA CON FANTASIA”: Frescobaldi, Sweelinck, Haendel, Bach

Musicien éclectique né en 1981, Aurélien Fillion étudie la flûte à bec (classes de Pascale Imbert et Dominique Vasseur), l’orgue (classes de Jean-Philippe Mesnier et Jean-Pierre Rolland), la musique de chambre, l’écriture (classe d’André Delcambre) dans les Conservatoires de Douai et de Lille. Il a été récompensé dans chacune de ces disciplines.

Il se perfectionne ensuite une année au CNSMD de Paris dans les classes d’écriture (harmonie) et de contrepoint-Renaissance de Thierry Escaich et Olivier Trachier.
Il étudie également l’orgue et l’improvisation à l’Institut Supérieur de Musique et de Pédagogie de Namur en Belgique dans la classe de Benoit Mernier et obtient un master didactique avec grande distinction.

Aurélien Fillion participe activement à plusieurs stages et master-classes avec des personnalités musicales reconnues dans chacune de ces spécialités : Harald Vogel, Bernard Foccroulle, Jean Boyer, Lorenzo Ghielmi, Loïc Mallié… pour l’orgue, Sébastien Marcq, Pierre Hamon pour la flûte à bec, Claude Ballif, Edith Lejet pour l’écriture ou la composition.

C’est en 2000, au contact de Guy Reibel et Frédéric Boulard, qu’il va commencer un travail autour de la composition donnant ainsi naissance à un répertoire de musique de chambre, musique soliste ou musique pour orchestre. Il est lauréat du concours de composition pour orgue d’Oloron Sainte-Marie (2006) pour sa pièce « Exploration granitique », du concours de composition pour orgue Aristide Cavaillé-Coll (2011) pour sa pièce « Zooms » (qui a fait l’objet d’une publication dans la revue « La flûte harmonique ») et il est finaliste du concours de composition pédagogique de Boulogne- Billancourt (2012) pour sa pièce « Les horloges » (pour alto à cordes et voix de baryton). Il reçoit les avis et conseils de Valéry Aubertin, Suzanne Giraud et Benoit Mernier concernant ses différents travaux.

Son premier disque d’orgue, « Visages de l’orgue français », est sorti en 2018 pour le label Organroxx.

Aurélien Fillion enseigne dans la région des Hauts de France et se produit en soliste, auprès d’ensembles divers ou en orchestre en France ou à l’étranger (Belgique, Luxembourg, Allemagne, Finlande, Danemark, Islande…). Son répertoire s’étend de la musique du Moyen-Age à des pièces de création. Il partage avec Mélanie Filipiak le « Duo éolien » (flûte traversière et orgue) qui propose un répertoire original et de transcriptions fort apprécié du public. Un disque autour d’œuvres de Claude Debussy sur l’orgue de Roquevaire a été enregistré par ce duo et a été publié en février 2022 pour le label Ctésibios.

www.aurelienfillion.com

A 20h30 chapelle Saint-Hernot, parkings conseillés Maison des minéraux et Ty Skol

FRANCOIS PINEAU-BENOIS violon et ANTONIN LE FAURE, alto.

14€/10€/gratuit moins de 12 ans

Haydn, Mozart, Haendel, Techrepnin

François Pineau-Benois

Violoniste-concertiste de la nouvelle génération François Pineau-Benois, surnommé par la presse internationale « virtuose français » entre au CNSMDP à l’âge de 14 ans. Titulaire du master de violon et de musique de chambre, il se perfectionne avec Régis Pasquer à l’Ecole normale de musique Alfred Cortot et participe à des masterclasses de solistes et de professeurs renommés, parmi lesquels Maxime Vengerov, Salvatore Accardo, Mauricio Fuks.


François est lauréat de la Fondation Banque Populaire et de Safran pour la Musique (2017) ainsi que de prix de plusieurs concours : le Premier Prix (duo) au concours international Pro Musici (2019, Paris), le Grand Prix du Concours international Alexander Glazounov (2017, Paris), le Grand Prix Ciboure de l’Académie de Ravel (2015, Saint-Jean-de-Luz), le Prix du jeune artiste du Concours international Léopold Mozart (2013, Augsbourg), les Prix “Musiciens entre guerre et paix” (2012) et Rotary/Lion’s (2013) de l’Académie Ravel, et des prix pour des jeunes musiciens au concours Vatelot-Rampal et l’UFAM.


Musicien au son exceptionnel, il est invité à jouer avec des musiciens de renom tels que François-René Duchable, Goran Filipec, Roland Pidoux, Régis Pasquier et de jeunes musiciens Victor Métral, Alexandre Laury… incluant duos, trios, quatuors, orgue, en France, Belgique, Turquie, Russie, Allemagne, Espagne, Hongrie et Israël. Il s’est produit en soliste avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse, l’Orchestre Philharmonique d’Irkoutsk, l’Orchestre du Festival de Jérusalem, l’Orchestre Philharmonique Tauride de Saint Pétersbourg, l’Orchestre Symphonique d’Ashdod, l’Orchestre de Chambre d’Etat de Biélorussie, l’Orchestre de l’Opéra de Massy, l’Orchestre Symphonique de Voronezh sous les baguettes de Régis Pasquier, Mikhail Golikov, Maxim Kachalov, Nicolas Krauze, Guiseppe Sabbatini, Doron Salomon, Evgenij Bushkov, Constantin Rouits, Igor Verbitsky, Vladimir Onufriev, Viacheslav Philippenkov, Stefan von Cron Catalano.

A l’occasion du bicentenaire d’Henri Vieuxtemps, il a joué son 5ème concerto pour violon et orchestre en Russie (2020). En 2021 il a ouvert la saison des concerts à la Galerie Tretiakoff à Moscou et s’est produit à la Salle Rachmaninoff, la plus prestigieuse salle de musique de chambre de toute la Russie.

France Musique l’invite à plusieurs reprises pour des émissions en direct et il s’est produit également en mars 2020 à la radio Hollandaise en direct de Concertgebouw.

Il est membre du Trio Philia https://www.philiatrio.fr/ qui porte un message de modernisation de la musique classique. Ils travaillent avec des compositeurs contemporains Regis Campo, Graciane Finzi et interprètent des arrangements des grands œuvres classiques.

François Pineau-Benois est professeur au Conservatoire Serge Rachmaninoff à Paris.

Il joue le violon historique italien “Le Genève” de Lucien Durosoir, instrument que Durosoir a emporté avec lui pendant la Première Guerre mondiale et gracieusement prêté par l’association Musiciens entre Guerre et Paix.

ANTONIN LE FAURE

Reconnu comme l’un des talents d’aujourd’hui – récompensé récemment par le Grand Prix CIC-Michel Lucas et de nombreux autres, Antonin Le Faure commence à étudier l’alto à l’âge de 7 ans. Lors de son parcours, il s’ouvre à différentes pratiques et approfondit ses connaissances en étudiant la direction d’orchestre, l’écriture, l’alto baroque et l’improvisation. Titulaire d’un master d’alto (classe de P-H Xuereb, CNSMDP), il complète actuellement sa formation par un master de musique de chambre au CNSMDP (classe de Jean Sulem) avec son duo Les Sauvages qu’il forme avec l’accordéoniste Vincent Gailly, ainsi qu’au Conservatoire Royal de Liege , où il finalise un master de viole d’amour.

Il initie parallèlement de nombreux projets tel que “Sentimento del Tempo”– spectacle autour de la poésie et du répertoire italiens d’après guerre. Il a créé LE PLI ensemble à géométrie variable sans chef et dédié à la création et au travail avec la nouvelle génération de compositeurs. Antonin a monté un projet discographique, “l’Alto Dégénéré” vibrant hommage aux compositeurs mis à l’index ou déportés par le régime Nazi. Enfin il a conçu un programme “Harold 2.0 »- ce Harold en Italie d’Hector Berlioz, monument du répertoire musical et de l’alto en particulier, joué et scénographié pour la première fois dans le lieu même de sa création et dans la version historique augmentée de créations.« Antonin a un talent rare tant sur le plan instrumental qu’artistique. Curieux de tout, il sait se montrer moteur dans un groupe et possède une polyvalence remarquable au service des différents répertoires.” résume Diana Ligeti, violoncelliste et Directrice Artistique du Festival des Ecoles d’Art Américaines de Fontainebleau où Antonin fût en résidence en 2018.

Musicien polyvalent, il est porteur d’initiatives originales et considère son instrument comme un vecteur et non comme une fin en soi. C’est une personnaliattachante, un artiste moderne dans le sens où tout semble l’intéresser» écrit le compositeur et ancien directeur du CNSMDP Bruno Mantovani. Ce que souligne Laurent Verney -alto super soliste de l’Orchestre de l’Opera de Paris: “J’ai pu apprécier son véritable amour de la musique. C’est son éclectisme qui m’a le plus frappé; il aime explorer, chercher toutes sortes de possibilités nouvelles … » Fier défenseur de l’alto, notamment dans le répertoire contemporain auquel il se passionne très jeune il fait de belles rencontres notamment la compositrice Kaija Saariaho qui dit de lui: “J’ai suivi avec intérêt le développement musical d’Antonin depuis qu’il a 11 ans. C’est un jeune musicien de talent qui a une curiosité naturelle – et rare – à l’égard de beaucoup de musiques différentes (…) Je ne connais pas de musiciens de son âge qui aient déjà une telle expérience d’interprétation de la musique de notre temps, et qui ont travaillé avec autant de compositeurs vivants en préparant leurs oeuvres.” Il est repéré pour des résidences par l’Académie du Festival de Lucerne (2014,15,16) ainsi que celle de Santander (2018,19) et joue avec les plus importants ensembles de musique contemporaine (Ensemble Intercontemporain, Ensemble Alternance, Modern Ensemble, TM+, Le Balcon) dans différents festivals (La Meije- Messiaen, Domaine du Rayol, Calenzana, Fontainebleau, Giverny…) Il crée en France le Concerto Libro d’Estate de Giovanni Bertelli, dirigé par Simon Proust. Par ailleurs, Antonin est le directeur artistique du festival Corde è Anima dans le Cap Corse.

Theme by Anders Norén